Karl Fairburne est de retour pour de nouveaux carnages au fusil sniper… Immergé en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale, vous évoluez en tant qu’agent infiltré derrières les lignes ennemies. Toujours aussi « gore » avec l’effet « Rayon X » et d’impressionnants ralentis – façon « Max Payne » -, ce quatrième opus fait progresser la série avec une panoplie de nouveautés. Un rendez-vous immanquable pour les fans. Reste à prendre en compte la violence. Car, en la matière, le studio Rebellion n’a pas fait dans la demi-mesure !

Douze ans après ses débuts, la série dédiée au maniement du fusil à lunette fait un retour remarqué. Exclusivement disponible sur PC, PS4 et Xbox One, le nouveau jeu du studio « Rebellion » reprend les grandes lignes des précédents opus et y ajoute bon nombre d’améliorations. Réceptifs aux précédentes moutures, nous étions impatients de nous confronter à ce 4ème épisode. Nous n’avons pas été déçus, même s’il s’agissait de tester une version Xbox One alors non définitive. “Sniper Elite 4” débute là où s’était terminé le troisième volet. Ce qui nous immerge en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale. Sous les traits de l’agent d’infiltration et tireur d’élite, Karl Fairburne. Le joueur doit maintenant se battre aux côtés de la résistance italienne contre le fascisme et Mussolini. La tension est à son comble car les forces de l’Axe se sont considérablement amplifiées… D’entrée, nous avons apprécié de découvrir des théâtres d’opération nettement plus vastes qu’auparavant !

Idéal pour alterner phases d’infiltration, éliminations furtives et assauts musclés. Avec un temps de jeu plus long entre chaque point d’insertion et d’exfiltration. Appréciable : désormais des “sauvegardes automatiques” limitent les déconvenues et permettent de terminer une mission sur plusieurs sessions de jeu. Pour notre plus grand plaisir, nous retrouvons tous les éléments de gameplay qui ont fait le succès des derniers épisodes. À savoir la progression en vue à la 3ème personne – la “Killcam” -, qui permet de suivre la balle du canon du fusil jusqu’au point d’impact. L’effet “rayon X” est également de la partie. Ce qui ajoute un côté “gore” avec l’affichage des dommages internes et externes. Forcément, cela rappelle l’illustre Mortal Kombat et ses mises à mort peu ragoutantes… Le “PEGI 18+” est donc pleinement justifié (attention aux plus jeunes et âmes sensibles s’abstenir !).

La série se bonifie encore

Techniquement, la version Xbox One testée impressionne par ses somptueux graphismes HD, ses fines modélisations 3D, ses environnements inédits qui foisonnent de détails et d’excellents effets d’ombres et de lumières. Le résultat est globalement à la hauteur de nos attentes, avec des décors plutôt dépaysants. Sachant que la série n’a jamais été irréprochable avec son gameplay répétitif ou l’on enchaîne les éliminations plus ou moins “gores”. Concernant l’intelligence artificielle, les ennemis alternent le bon et le moins bon… « Rebellion” nous livre un jeu plutôt soigné. S’il arrive que les soldats nazis nous traquent et nous débusquent à grand renfort de grenades. D’autres fois, les réactions sont moins convaincantes. Hormis l’IA, certains passages sont un peu difficiles, avec des zones qui foisonnent de soldats au m².

À vous de “faire le ménage” intelligemment en dispersant les ennemis ou en les éliminant furtivement. Bien vu : le fait de pouvoir attaquer au corps à corps ! Côté armement, il y a le choix : fusil à pompe, mitraillettes, grenades, pistolets (avec ou sans silencieux), mines et charges de TNT ou encore les indispensables fusils à lunette. Les positions en hauteur ne manquent pas dans ces vastes environnements 3D, tout comme les interactions pour semer la mort… Barils d’explosifs, bonbonnes de gaz, camions chargés de carburant, etc. Les interactions contribuent à offrir de belles opportunités pour éliminer – plus ou moins subtilement – les nazis. La campagne solo est une réussite avec une progression intuitive et relativement rythmée. Contrairement au 3ème épisode, l’évolution est nettement plus “bac à sable” et il y a même des missions annexes accessibles en approfondissant l’exploration. Le fait de collecter des XP permet de renforcer les possibilités avec de nouveaux équipements.

Encore un peu répétitif, mais avec plus de libertés

Malgré ces nombreux arguments, “Sniper Elite 4 : Italia” n’est malheureusement pas la nouvelle référence en matière de simulation. Contrairement à la série “Arma”, la gestion du vent et la compensation de la distance ne sont pas spécialement réalistes. Sans être irrationnel, le résultat n’est pas ultra-précis. Ce qui est tout de même dommage, sachant qu’en matière d’impact sur le corps des ennemis, le jeu de “Rebellion” évoque son ancêtre “Soldier of Fortune” qui avait fait couler beaucoup d’encore en raison de sa violence et ses nombreux points d’impact sur les ennemis.

Bref, “Sniper Elite 4 : Italia” est loin de nous avoir déçus, mais des améliorations sont encore possibles pour un 5ème volet. Idem pour ce qui concerne le côté répétitif cité plus haut. Ce 4ème épisode enchaîne trop souvent les mêmes actions : exploration d’une nouvelle zone, mise à couvert, élimination, changement de position, mise à couvert, nouvelles éliminations, etc.. Notez, en revanche, que le soft prolonge l’aventure avec un mode multijoueur et la possibilité d’ajouter par la suite des DLC. Le bilan est donc positif pour qui est réceptif à ce type d’exutoire à qui certains trouveront un petit côté “Hitman”. De notre point de vue, le saut qualitatif est indéniable et “Sniper Elite 4” saura plaire à son public et même attirer de nouveaux joueurs, grâce à son approche “bac à sable” et sa liberté d’action fort agréable. Le fait de pouvoir jouer la campagne en coopératif est aussi un point positif !

Note 16/20

Indispensable pour les fans de la série, « Sniper Elite 4 : Italia » marque l’arrivée de plus importantes zones de mission et une approche « bac à sable » jubilatoire. Certes, tout n’est pas irréprochable et le gameplay reste répétitif mais, dans l’ensemble, le résultat est séduisant pour qui aime les snipers et les jeux vidéo « exutoires ». Plus riches et dynamiques que par le passé, cet épisode 2017 brille par plusieurs modes de jeu (campagne, coopératif et multijoueur), mais aussi une réalisation visuelle séduisante tirant parti des effets « KillCam » et « rayon X » qui subliment les dommages infligés aux ennemis. Ce qui évoque un peu le mythique « Mortal Kombat » et ses violentes mises à mort. Bref, « Sniper Elite 4 : Italia » n’est pas à mettre entre toutes les mains…

Publicités